Adoptez vos propres vignes et élaborez votre propre vin

avec l'Expérience Vin de Gourmet Odyssey

Visitez www.gourmetodyssey.fr pour plus d'informations.

Zoom sur l’élevage des vins rouges


Après les premières fermentations qui ont suivi les vendanges, dans la plupart des domaines le vin approche maintenant de sa phase d’élevage. En quoi consiste l’élevage d’un vin et quelles sont les tâches qui occupent le vigneron en cave ?

Début de l’élevage

L’élevage est l’ensemble des soins apportés au vin et des opérations du vigneron depuis la fin des fermentations et jusqu’à la mise en bouteille. Il peut donc durer entre quelques semaines pour des vins primeurs qui sont peu élevés pour être bu jeunes, et plusieurs années pour élaborer les vins plus complexes et de gardes. Tout dépend du type de vin que le vigneron veut élaborer.

Tout commence à la fin de la ou des fermentations – suivant le type de vin produit – lorsque le vin est soutiré. C’est-à-dire qu’il est sorti de son contenant de fermentation (généralement une cuve, mais cela peut aussi parfois être un fût ou une amphore si  le vigneron recherche une vinification spéciale) pour être placé dans le contenant où il restera jusqu’à la mise en bouteille.

Stage oenologie en Médoc et leçon de filtrage du vin

Contenants

L’élevage est généralement effectué en cuve ou en fût. Le choix du contenant est une décision du vigneron selon le type de vin qu’il souhaite produire (voir notre article Le rôle des cuves, fûts et autres contenants dans la vinification).

L’enjeu dans tous les cas sera de permettre au vin d’atteindre sa maturité en le préservant de l’oxydation, lui permettant d’acquérir ses qualités gustatives finales et en le stabilisant. Cela veut donc dire que même si le vin reste dans son contenant ce n’est pas pour autant que plus rien de va se passer pendant les mois d’élevage.

Protection contre l’oxydation

L’air est l’ennemi au vin.  Si un vin est laissé en contact avec l’air, il va s’oxyder et pourrait tourner au vinaigre car les bactéries qui transforment l’éthanol du vin en acide acétique se développent en présence d’oxygène. Quand un vin est élevé en barrique, le vigneron doit être très attentif de ne pas laisser trop d’air entrer en contact avec le vin.

Tout d’abord quand une barrique est remplie, le bois va absorber une partie du vin. Ce phénomène est plus marqué avec une barrique neuve, et le bois peut absorber jusqu’à 5 litres de vin.  En plus, lorsque le vin reste en fût il se produit un phénomène de micro-oxygénation ou oxydation ménagée car les parois de la barrique laissent pénétrer naturellement l’oxygène. Sur le long terme cela contribue à l’évaporation du vin (la fameuse part des anges), et entre le vin qui est absorbé par la barrique et le vin qui s’évapore, un espace vide se crée en haut de la barrique. Il faut donc ouiller régulièrement, c’est-à-dire verser du vin dans la barrique pour compléter cet espace.

Cours oenologie au domaine cadeau vigne

Pour ouiller on ouvre le trou de bonde sur le dessus du fût, on verse le vin avec une sorte d’arrosoir avec un long tube et un bec au bout : l’ouillette. On utilise le même vin que celui initialement soutiré des cuves de fermentation, sauf qu’au lieu de le placer en fût il a été conservé en cuve avec un chapeau flottant (un couvercle mobile qui s’adapte au niveau de remplissage de la cuve) où il ne subit pas d’évaporation ni de contact avec l’air.

Maturation du vin

Le vin est donc à l’abri de l’oxygène. Comment lui donner les caractéristiques gustatives souhaitées ? Plusieurs techniques sont à disposition du vigneron, selon les dégustations qu’il effectue régulièrement sur ses vins en cours d’élevage et le résultat voulu.

Lors de leur passage en fût les vins se reposent et les lies, ces particules solides comme les résidus de raisins ou les levures mortes, se déposent en fond de fût. Si l’on souhaite apporter plus de corps et d’arômes au vin on va bâtonner les fûts, c’est-à-dire introduire un long bâton par le trou de bonde et l’agiter pour remettre les lies en suspension en contact avec le vin. Maintenant on trouve aussi des fûts montés sur des supports à roulette qui permettent de faire tourner le fût, toujours dans l’objectif de remettre le vin au contact des lies.

Stage vin coffret cadeau adoption vigne

A l’inverse si l’on considère que le vin a déjà assez de corps et d’arômes on va soutirer le vin pour le séparer des lies, tout simplement en pompant le vin dans un autre contenant et en laissant les lies au fond du fût actuel. Cela permet en outre de clarifier les jus, qui peuvent être encore troubles à ce stade.

Stage vin en Languedoc et soutirage du vin

Préparation pour la mise en bouteille

Une fois le vin arrivé à maturité il y a encore quelques opérations nécessaires afin de le stabiliser avant qu’il ne soit embouteillé. Il faut d’abord le clarifier : le but n’est pas seulement de le rendre visuellement plus attrayant amis aussi d’éviter que le vin ne reste en contact avec des particules qui pourraient à terme détériorer ses qualités gustatives dans la bouteille.

Pour clarifier le vin on peut le filtrer ou le coller. La filtration consiste à faire passer le vin dans un filtre quand on vide le fût. Il faut être prudent avec cette technique afin de ne pas appauvrir le vin au niveau des arômes et de la structure. Le collage consiste à ajouter des produits (traditionnellement le blanc d’œuf, mais aussi la bentonite, une argile utilisée sous forme de poudre) qui vont s’agréger aux particules et se précipiter dans le fond du fût, que l’on pourra alors soutirer de manière classique.

Voilà donc le vin mature et limpide. Il faut qu’il le reste et la mise en bouteille est une opération délicate pour le vin qui est manipulé est exposé à l’air et donc au risque d’oxydation. C’est pourquoi la plupart des vignerons sulfitent leurs vins avant la mise en bouteille, en ajoutant du soufre sous forme de pastille ou de poudre.

Cours élevage et stabilisation du vin

Le soufre est un anti-oxydant et un anti-septique dont on ne sait pas encore vraiment se passer à cette étape. D’ailleurs en réalité tous les vins contiennent un minimum de soufre car même si aucun SO2 n'a été ajouté lors de la vinification ou lors de la mise en bouteille, les enzymes sécrétées par les levures fermentaires produisent du SO2 à partir du soufre naturellement présent dans les raisins.

Voilà donc le vin fin prêt à passer dans la bouteille, et bientôt dans vos verres. Enfin presque :  il reste encore au vigneron à choisir le bouchon idéal pour sa bouteille, réserver le passage d’un camion avec une machine à embouteiller s’il n’en possède pas, étiqueter les bouteilles et préparer le conditionnement en carton, ou stocker les bouteilles dans la cave, où il va falloir faire de la place pour l’arrivée du nouveau millésime, préparer les descriptifs de chaque vin et prévoir les salons et évènements pour pouvoir présenter son nouveau millésime… jusqu’au prochain !

 

Articles liés

Le rôle des cuves, fûts et autres contenants dans la vinification

Commentaires

Aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

Share |
RSS

A propos du blog

Connaissez-vous un amateur de vin ? 

Offrez-lui un cadeau inoubliable : ses propres pieds de vigne et une cuvée à son nom... !

A partir de 159 134 €

Tags

Adoption Assemblage Bio Biodynamie Bourgogne Cadeau Cave Domaine Dégustation Elevage Fermentation Oenologie Stage Taille Vendanges Vigne Vigneron Vignoble Vin Vinification

Tous les tags...

Catégories

Archives

Derniers commentaires

Liens