Adoptez vos propres vignes et élaborez votre propre vin

avec l'Expérience Vin de Gourmet Odyssey

Visitez www.gourmetodyssey.fr pour plus d'informations.

Comment protège-t-on la vigne du gel ?


La vigne est une plante qui résiste à beaucoup de choses : sécheresse, vent, vagues d’orages, coup de froid. Mais avec les dernières vagues de froid et les dégâts provoqués dans les différents vignobles français, on ne peut s’empêcher de penser que le vigneron reste bien impuissant face aux forces de la nature. Pourquoi la vigne gèle ? Et existe-t-il des moyens pour la protéger ?

Conditions de gel pour la vigne

La partie la plus sensible de la vigne c’est le bourgeon, qui ne résiste pas en deçà de -2/-3°C. Et c’est aussi la partie la plus importante, celle qui permettra d’avoir des fruits et donc une bonne récolte pour le vigneron. C’est pourquoi les gels qui font le plus de dégâts sur un millésime sont les gels tardifs de printemps, car à ce moment-là les bourgeons sont sortis et vulnérables.

Les parcelles avec le plus de risques de gel sont celles situées sur les bas coteaux, en creux de terrains ou en fond de vallons,  car c’est là que s’amasse l’air froid. Les parcelles qui ont de l’herbe entre les rangs sont également plus exposées au gel car l’herbe retient l’humidité et le froid. Enfin, si la variété de vigne est trop précoce le risque de gel de printemps sur les bourgeons est plus grand car les bourgeons sortiront tôt dans la saison.

Stage viticulture protection de la vigne en Loire

A noter : un gel automnal précoce (avant la chute des feuilles de vigne) ou un gel hivernal prolongé inférieur à -15°C peuvent aussi être préjudiciables à la vigne notamment pour ses parties herbacées et pour le cep en cas de gel hivernal.

Comment la vigne gèle-t-elle au printemps ?

Lorsqu’au printemps la température de l’air se réchauffe, la montée de sève s’effectue (c’est à ce moment-là qu’on voit les « pleurs » de la vigne sur les baguettes taillées), et avec elle la sortie des premières feuilles et des bourgeons, voire le débourrement de ces derniers. Les bourgeons et premières feuilles sont riches en eau.

Quand il gèle, cette eau refroidi tellement  que cela détruit (on dit « brûle ») les cellules des bourgeons ou même des feuilles. Il y a deux types de gels : les gelées blanches qui brûlent les organes humides végétaux par rayonnement du soleil, et les gelées noires qui sont dues à des masses d'air froid et sec avec une température inférieure à -7 °C et du vent.

Quelles sont les conséquences du gel ?

Les dégâts provoqués par le gel de printemps sont plus fréquents mais moins graves pour la pérennité des vignes que les gels automnaux et hivernaux, car même les gelées ont des conséquences directes sur la récolte car  elles brûlent les bourgeons, elles n’entraînent pas la mort du cep.

Visite-chateau-bonneliere-chinon-stage-vigne

Et si les bourgeons principaux ont été brûlés, il reste l’espoir que des bourgeons secondaires sortent après le gel. Ceux-ci sont en effet plus tardifs, mais ils sont aussi moins fructifères. Cela dit, ce sont des mois de soin de la vigne qui peuvent être dévastés en quelques heures à cause du gel.

Comment peut-on la protéger ?

La solution la plus répandue est d’allumer des bougies ou « chaufferettes », c’est la technique de l’enfumage.  Les viticulteurs les placent entre les rangs de vignes pour gagner les 2 à 3°C suffisants pour éviter le gel. Avant on faisait brûler du bois ou du fioul dans des sortes de braséros, mais cela émet du dioxyde de carbone donc maintenant on emploie plutôt de de gros blocs de paraffine  dans des boîtes métalliques. La fumée qui s’échappe empêche les premiers rayons de soleil de brûler les bourgeons pris dans le gel matinal.

Bugies anti-gel stage vigne au domaine en coffret cadeau

Une autre solution, plus délicate et plus coûteuse consiste à asperger les ceps avec de l’eau. Une coque de glace se forme alors autour des bourgeons empêchant ainsi que l’eau à l’intérieur des bourgeons ne gèle.  On arrose souvent les parcelles jusqu’à ce que la température remonte au-dessus de 0°C pour éviter que le coque ne dégèle trop vite avec le soleil et ne protège plus le bourgeon. Cette méthode est réservée aux parcelles présentant les plus de risques car c’est une installation de tuyaux et gicleurs très coûteuse.

Stage oenologie à Chablis protection de la vigne

On voit également de plus en plus de brasseurs d’air sur les parcelles de vignes également. Ce sont des petites éoliennes, appelées aussi tours anti-gel, qui brassent l’air et font redescendre l’air chaud situé en hauteur pour venir réchauffer les ceps de vigne. Là encore les quelques degrés gagnés suffisent à éviter le gel.

Les câbles chauffant qui courent le long du fil de palissage ont aussi fait leur apparition depuis quelques années. Cela suppose d’avoir un type de taille qui convient (les baguettes doivent être palissées). Ce système semble extrêmement efficace dans les parcelles où il a été testé, et il peut se déclencher automatiquement en dessous d’un certain seuil de température. Leur coût de fonctionnement n’est pas exorbitant mais c’est leur installation et leur achat qui l’est (il faut équiper des kilomètres de rangs de vigne), ce qui explique la faible utilisation de la méthode pour le moment.

Enfin, certains viticulteurs font appel à des hélicoptères pour voler à basse altitude au-dessus des vignes et brasser l’air comme le font les éoliennes. L’opération est plutôt dangereuse car le pilote doit voler bas, souvent à l’aube par faible luminosité. C’est donc un moyen très coûteux, mais pour certaines parcelles cela reste rentable pour le vigneron.  

Journée au domaine Brocard Chablis box cadeau vin
Et puis quelques fois, comme nous le rappellent nos vignerons partenaires du Château Coutet, c’est simplement la nature qui apporte la protection d’elle-même : avoir une végétation dense autour des vignes (arbres) permet d’éviter une chute trop importante des températures, protège du vent froid, et des rayons de soleil matinaux fatals aux vignes gelées. 
Stage vigne à Saint-Emilion au Château Coutet

Alors que les viticulteurs sont de mieux en mieux équipés contre le gel, et les outils de prévision de plus en plus affûtés, les épisodes de gel et autres avaries météo se multiplient et nous rappellent combien la viticulture dépend de la nature !

 

 

Articles liés

Le débourrement de la vigne au printemps

Le vin de glace

Commentaires

Aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

Share |
RSS

A propos du blog

Connaissez-vous un amateur de vin ? 

Offrez-lui un cadeau inoubliable : ses propres pieds de vigne et une cuvée à son nom... !

A partir de 159 €

Tags

Adoption Assemblage Bio Biodynamie Bordeaux Bourgogne Cadeau Cave Domaine Dégustation Elevage Fermentation Oenologie Stage Taille Vendanges Vigne Vigneron Vin Vinification

Tous les tags...

Catégories

Archives

Derniers commentaires

Liens