Adoptez vos propres vignes et élaborez votre propre vin

avec l'Expérience Vin de Gourmet Odyssey

Visitez www.gourmetodyssey.fr pour plus d'informations.

Le goût du vin…


A l'occasion de la semaine du goût du 10 au 16 octobre, on parle de l'envie de mieux connaître les produits de notre terroir, et d'apprendre à les reconnaître, les cuisiner, les déguster, les apprécier. Le vin est partie intégrante de notre terroir et patrimoine français, et c'est sûrement un de ses éléments les plus passionnants et complexe à appréhender. Alors quel goût a-t-il ce vin ?

Petite histoire du goût du vin

Longtemps lorsque l'on a « dégusté » un vin, on ne l'a fait que pour en rechercher les défauts : dans les années 1920-1930 on pouvait par exemple découvrir dans la revue Le Sommelier des « goût(s) de pourri » apportés par les insectes et maladies, des « saveurs légèrement amères, nauséeuse » apportées par les insecticides, des « goûts de terreux » apportés par des vendanges boueuses, etc.

En effet jusque dans les années 50 c'est plutôt le discours du négoce qui domine : alors que les vignerons voudraient que l'on aime leur vin tel qu'il est, les négociants préfèrent proposer des vins « qui plaisent ». Bref on ne cherche pas vraiment à savoir quel est ce goût du vin, et s'il est propre à son nom (ne parlons même pas encore d'appellation à ce stade !).

Adoption de vigne et stage oenologie assemblage et dégustatin

Cette notion de goût, et plus généralement de dégustation plus objective, ne voit le jour que dans les années 50 avec un début d'organisation des modes de dégustation, dans le but de comparer et d'apprécier les vins le plus objectivement possible. En France Jules Guyot dans son livre Sur la viticulture dit : « il sera impossible de s'entendre sur les saveurs tant que la science n'aura pas fondé des signes... la science des saveurs est encore toute entière à fonder ».

Comment se forme le goût, techniquement ?

Alors la science a-t-elle fait des progrès concernant la définition du goût d'un vin ? Comme l'ont découvert nos participants des Journées Vinifications dans les différents domaines viticoles avec lesquels on travaille, dès qu'il s'agit de décrire un vin on dit souvent un peu tout et n'importe quoi...

Mais c'est aussi parce qu'aujourd'hui on déguste pour plein de raisons différents : pour le plaisir quand on est amateur, quand on cherche à déterminer et comparer le type de vin, ses qualités, ses défauts, sa valeur, son origine quand on est un professionnel ou encore lors de dégustation analytiques pour maintenir la qualité d'un type de vin, définir et développer de nouveaux vins etc.

Ce que l'on sait actuellement c'est que le goût est affaire de perception. Cela paraît évident. Et pourtant, la science de l'évaluation sensorielle, qui s'attache à étudier les réponses humaines aux propriétés physico-chimiques des aliments et boissons, est complexe. Entre la sensation laissée par le vin et sa perception par nos différents sens il y a toute une chaîne de signaux et de récepteurs et tous peuvent être influencés selon le lieu, le temps et toutes les conditions externes de la dégustation.

Degustationd e vin au domaine et parrainage de vigne

Pour faire simple, notre cerveau crée son « image » globale du vin à travers nos différents récepteurs que sont la peau et les muqueuses, les muscles et tendons, qui sont présents dans nos yeux, notre nez et notre bouche. Et pour ne parler rien que du goût, sur la langue pas moins de 3 types de papilles de différentes sortes sont réparties sur toute la langue et nous permettent de détecter les saveurs mais aussi la chaleur.

Et c'est là que nous ne sommes pas égaux devant la dégustation : les seuils de détection de la sensation en sont pas les même pour tous et il faudra un goût plus prononcé pour commencer à être perçu chez certaines personnes, alors que d'autres le ressentiront à un seuil minime. Tout ça à cause d'un nombre plus ou moins grand de récepteurs présents dans les papilles, et d'une salivation plus ou moins importante qui affecte la réception de la saveur.

Apprécier le vin

Pas de panique quand même, on perçoit toujours un goût quoi qu'il arrive, et même, plus on déguste régulièrement plus on perçoit de choses différentes et de plus en plus facilement.

Parrainage de vigne et apprentissage de la dégustation de vin

Donc oui, quand on goûte un vin, on peut dire tout et n'importe quoi... pourquoi pas du moment que l'on essaie de mettre des mots sur ce que l'on ressent ? Et plus on essaie, plus y arrive, plus on a envie de continuer à partager une bonne bouteille.

Laissons la conclusion à l'une de nos mamans adoptives de vigne qui est récemment venue nous retrouver pour les vendanges : « Du bon vin avec les bonnes personnes. Je crois qu'on tient là une bonne définition du bonheur ! ». Vive la semaine du goût !

 

Article liés

Les défauts du vin et comment les reconnaître à la dégustation  

Commentaires

Aucun commentaire.

Ajouter un commentaire

Share |
RSS

A propos du blog

Connaissez-vous un amateur de vin ? 

Offrez-lui un cadeau inoubliable : ses propres pieds de vigne et une cuvée à son nom... !

A partir de 159 €

Tags

Adoption Assemblage Bio Biodynamie Bordeaux Bourgogne Cadeau Cave Domaine Dégustation Elevage Fermentation Oenologie Stage Taille Vendanges Vigne Vigneron Vin Vinification

Tous les tags...

Catégories

Archives

Derniers commentaires

Liens