Adoptez vos propres vignes et élaborez votre propre vin

avec l'Expérience Vin de Gourmet Odyssey

Visitez www.gourmetodyssey.fr pour plus d'informations.

Archives de Juin 2016

Portrait de vignerons, Jean-François Chapelle à Santenay


Nous poursuivons notre série de portraits consacrés à nos vignerons partenaire : ils font encore et toujours leur métier avec passion, et aiment transmettre leur savoir-faire. Nous aussi nous aimons les écouter parler de leur métier : voici quelques questions que nous avons posées à Jean-François Chapelle, propriétaire du Domaine Chapelle à Santenay en Côte d'Or.

 

Rencontre avec le vigneron Jean-François Chapelle

 

Depuis combien de temps es-tu vigneron ?

Je suis vigneron depuis relativement peu de temps, la récolte 2015 était ma vingt-huitième vendange sur le domaine familial.

Au début de notre activité dans le vin Yvette et moi avons voyagé professionnellement dans d'autres régions viticoles françaises avant de revenir travailler avec mes parents, Roger et Colette, sur le domaine en 1987.

 

Quelle est ton meilleur souvenir lié au domaine ?

Ce que je garderai longtemps en mémoire n'est pas vraiment un bon souvenir, mais un souvenir fort : la mort subite de mon père en mars 1991 m'a laissé horriblement seul.

Je me revois la semaine après son décès, dans la cave devant mes fûts, à chialer comme un enfant alors que je venais pour faire le suivi technique de la dernière récolte, que nous faisions ensemble depuis 1987.

Et puis la vie continue, une nouvelle organisation s'est mise en place.

 

Sur le millésime 2015, que vous élevez actuellement, quelle est ta cuvée préférée ?

J'ai depuis longtemps une préférence pour le Santenay 1er Cru La Comme. J'aime sa structure, sa profondeur, son côté tannique qui impose le temps avant d'apprécier toute sa complexité.

Pour 2015 ce sera donc aussi La Comme.

 

En 2016 quels sont tes principaux défis ou projets ?

Grande nouveauté sur le domaine pour 2016 et surtout 2017, notre plus jeune fils Simon, né en 1986, a décidé de se former au métier de vigneron pour poursuivre, en partenariat avec son frère, sa sœur et ses cousins et cousines, la belle aventure du Domaine Chapelle !

 

Une question que nos clients se posent souvent : mais que fait le vigneron quand il a un peu de temps à lui ?!

Notre travail est un métier que nous faisons avec passion, alors nous n'avons pas la même relation au « temps libre » que beaucoup !

Mais pour lâcher prise, nous aimons, avec Yvette, voyager et marcher. Fin août 2015 nous avons réussi à faire une petite escapade dans les Vosges.

 

Ajouter un commentaire

Ebourgeonnage de la vigne à Chinon


Sous le ciel gris du Chinonais mais les pieds au sec, Marc Plouzeau, propriétaire du Château de la Bonnelière, a accueilli les parents adoptifs de ses vignes pour le millésime 2016 avec Gourmet Odyssey. Notre petit groupe de participants du samedi 4 juin avait en effet rendez-vous pour une Journée Découverte du domaine.
Journée découverte de la vigne et du vin au Château de la Bonnelière dans la Loire

Autour du café et des viennoiseries, Marc nous a présenté le Val de Loire et le Chinonais, puis l'histoire familiale de son domaine, qu'il a repris en 1999. Suite à toutes ces explications, il était temps pour nos apprentis vignerons de passer aux choses sérieuses, la visite des vignes.

Avant de faire connaissance avec leurs pieds de vignes, les participants ont pu échanger avec Marc sur l'épisode de gel qui a frappé le Val de Loire fin avril. La parcelle du Clos de la Bonnelière n'a pas été trop touchée, heureusement pour les participants du millésime, grâce à la mise en place par Marc et ses équipes de bougies anti gel.

Rencontre avec le vigneron pour adopter des vignes au domaine

Ce sont des énormes bougies, en fait des pots de 5 litres de paraffine, installées et allumées dans les vignes, à raison de 400 par hectares, qui permettent de réchauffer l'air et ainsi d'éviter le gel. Cela a permis à Marc de sauver la récolte des vignes du Clos de la Bonnelière, même si nous avons trouvé quelques pieds qui ont tout de même souffert.

Le programme de la matinée, après la traditionnelle séance de photos pour le concours "Je prends mon pied", était l'ébourgeonnage.

Adoption de pieds de vigne et journées au domaine en Val de Loire

La vigne est en pleine période de production végétale, elle fait de nombreuses pousses, qui ne sont pas utiles à la production et qui vont même concurrencer les futures grappes si on ne les enlève pas. Telle était donc la mission de nos apprentis du jour.

Journée participative sur le travail de la vigne au domaine

Malgré la peur de faire une bêtise et de ne pas enlever les bonnes pousses, après les conseils de Marc, les participants se sont lancés. Très motivés ils ont bien avancé le travail des équipes du domaine, en ébourgeonnant quelques rangs !

Apprentissage de l'ébourgeonnage avec le vigneron en cadeau

Après avoir accompli ce travail, il était le temps de passer à table afin de continuer à échanger, tout en dégustant les vins du château de la Bonnelière, accompagnés des bons petits plats de Mme Plouzeau.

Les participants ont eu le plaisir de goûter la dernière création de Marc, la cuvée Vindoux, qui comme son nom ne l'indique pas, est un Chinon Rouge de 2014. Il s'agit de la première cuvée en vinification intégrale du domaine, tout en barriques de chêne neuves. Un vin très apprécié par les convives !

Dégustation de vins de Loire au Château de la Bonnelière

L'après-midi s'est poursuivi avec la découverte du matériel et des outils de culture de la vigne du domaine, et la visite du chai. Un avant-goût de la Journée Vinification...

Au final une journée riche en échanges avec les parents adoptifs du millésime 2016 : un grand merci à Marc !

Ajouter un commentaire

Conférence - Menace sur le vin, les défis du changement climatique


Dans le cadre du 12e Prix Régional du Livre Environnement, j'ai assisté il y a peu à la présentation à Lyon de l'ouvrage « Menace sur le vin : les défis du changement climatique » des auteurs Valéry Laramée de Tannenberg et Yves Leers. A l'heure où l'impact du changement climatique sur le vignoble entraîne un bouleversement de toute la filière, ils tentent de mettre en lumière les enjeux socio-économiques du secteur. Voici ce que j'ai retenu de leur présentation.
Menace sur le vin : les défis du changement climatique

Jamais le vin n'a été aussi bon, et la situation aussi grave. Le ton est donné. Pour les deux auteurs, spécialistes des questions climatiques et de l'environnement, la question n'est pas de savoir si le changement climatique va avoir lieu mais comment la viticulture française et mondiale va y faire face.

En effet le changement est déjà en cours et les statistiques et preuves du bouleversement du climat ne manquent pas. Depuis que l'on consigne les températures constatées dans les vignobles, les cinq années où la moyenne des températures a été la plus chaude dans la vigne sont les années 2000, 2005, 2010, 2014 et 2015. Etrangement récent. Cela soutient la thèse de l'accélération des phénomènes climatiques, et les gels exceptionnels des semaines précédentes dans la Loire et la Bourgogne ne vont pas contredire la tendance : les phénomènes de précipitations sont bouleversés et les changements de température plus violents.

Bien sûr, comme l'a expliqué Valéry Laramée de Tannenberg, le vignoble a déjà subi plusieurs changements climatiques au fil des siècles, c'est pour ça notamment que la culture de la vigne née en Perse est remontée peu à peu vers le Nord pour faire face au réchauffement dans le Sud (et aussi pour accompagner l'avancée des légions romaines, grandes consommatrices de vin, dans leur expansion au Nord !). Ce qui change aujourd'hui c'est la rapidité de l'évolution climatique : lors de la Cop 21 on a discuté d'essayer de rester en dessous des 2°C d'augmentation des températures d'ici 2100. Or si on continue comme actuellement on frôle déjà les 1,5°C de réchauffement.

Et les conséquences pour la viticulture se font déjà ressentir très concrètement. Dans le Sud de la France on voit déjà des vins titrer à 16°C d'alcool, à cause de la sur-maturité : les chaleurs sont telles que les baies de raisin contiennent un taux de sucre trop élevé. Cela pose des problèmes de gestion des vendanges, qui arrivent de plus en plus tôt et doivent quelques fois se dérouler dans des conditions particulières, notamment de nuit pour un fruit plus frais. Mais cela a aussi un impact sur la physiologie de la plante : dans le bordelais des chercheurs ont montré que le cépage merlot avait atteint son optimum ; dans les conditions actuelles il produit très bien mais avec un scénario de réchauffement son rendement baisse. La vigne connaît aussi des attaques de nouveaux parasites et ravageurs, à qui la chaleur profite. Autres conséquences, les régions viticoles se déplacent vers le Nord, par exemple on voit (ré)apparaître des vignobles en Angleterre.

La vigne souffre donc, et l'ensemble de la filière viticole va donc devoir s'adapter, et même si les changements n'ont pas toujours étés anticipés, à l'heure actuelle il existe plusieurs pistes. Les premiers efforts sont faits pour essayer de faire baisser le degré alcoolique des vins : des essais sont réalisés pour tailler la vigne différemment et favoriser la présence des feuilles qui protègent les baies du soleil, ou encore changer l'orientation du vignoble ou monter en altitude. Dans les vignobles étrangers où c'est autorisé, on pratique aussi la dilution avec de l'eau ou la filtration lors du pressurage pour retirer du sucre.

Mais les recherches les plus impactantes sur le long terme seront celles réalisées sur la variété et la diversité des cépages : dans le bordelais par exemple on teste une cinquantaine de nouveaux cépages qui ne sont pas encore autorisés actuellement. Une autre piste prometteuse est la réhabilitation des sols pour développer l'activité micro-biologique comme cela se pratique déjà en biodynamie. Enfin la recherche travaille sur la piste génétique pour créer des hybrides plus tardifs et plus résistants, qui n'auront pas besoin de traitements phytosanitaires.

En conclusion, tout n'est donc pas perdu donc si l'on accélère les transformations des pratiques culturales et s'appuyant sur l'agro-écologie, le bio et la biodynamie. Pour découvrir ces solutions vous pouvez lire le livre « Menace sur le vin : les défis du changement climatique ».

Une question me taraude en sortant de la conférence : les viticulteurs vont connaître dans les années qui viennent de grands défis, mais nous, que pouvons-nous faire en tant que consommateurs concernés et amateurs de vin ? Une réponse qui me vient assez naturellement : s'intéresser pour mieux comprendre et mieux choisir nos flacons, consommer responsable, privilégier les vins produits dans le respect de l'environnement... encore et toujours, jusqu'à ce que nos principes fassent des émules parmi nos proches et les proches de nos proches, assez pour pousser au changement tout la filière vin !

Marie Koch

 

Articles liés

Qu'est-ce qu'un vin bio ?
Qu'est-ce que l'agriculture en biodynamie ?
Plus de vin bio européen ?

Ajouter un commentaire

A peine un mois pour trouver le cadeau parfait pour la fête des pères


Cadeau original, personnalisé, ludique, responsable, participatif... votre cadeau idéal de fête des pères possède toutes ces caractéristiques : plus facile à dire qu'à trouver ! Si vous cherchez un cadeau pour un amateur de vin, Gourmet Odyssey propose le coffret oenologie idéal : l'adoption de pieds de vigne.

Plus complet qu'un stage d'oenologie ou une dégustation de vin, offrez un parrainage de pieds de vigne où votre père devient le vigneron ! Le temps d'un millésime il possède ses propres pieds de vigne dans un de nos domaines partenaires bios et suit et participe à l'élaboration de son vin bio à distance ou au domaine.

Apprentissage de la taille de la vigne lors d’une journée au domaine

Notre coffret cadeau Expérience Vin lui permet d'accéder aux nouvelles du domaine, de ses pieds de vigne puis de son vin via des newsletters et des photos. En fin de millésime votre père obtient autant de bouteilles que de pieds de vigne adoptés. Il peut choisir les étiquettes de ses bouteilles et les personnaliser pour une cuvée à son nom !

Cadeau Vin adoption d epieds de vigne à vendanger

Et pour une expérience encore plus participative offrez-lui une ou des journées au domaine pour rencontrer le vigneron, ses pieds de vigne et participer selon le type de journée au travail de la vigne, aux vendanges, ou à des ateliers d'oenologie.

Stage oenologie avec un vigneron bio

Chaque journée est complète et dure de 9h30 à 16h en compagnie du vigneron, et elle inclut le repas du déjeuner et la dégustation des vins du domaine. Elle est valable pour 2 personnes, pour un bon moment de partage autour du vin !

Tous nos domaines partenaires sont sélectionnés pour la qualité de leur vin, et leur enthousiasme pour leur métier et le partage de leur savoir-faire : de belles rencontres en perspective ! Nos partenaires sont également tous certifiés en bio ou en biodynamie.

Et pour avoir un cadeau à offrir le 19 juin prochain, nos coffrets de bienvenue incluent un tablier de sommelier, un Dropstop et un certificat d'adoption. Nos livraisons par Colissimo se font en 2 jours ouvrés sur la France métropolitaine et entre 3 et 6 jours dans le reste de l'Europe.

Ajouter un commentaire

Share |
RSS

A propos du blog

Connaissez-vous un amateur de vin ? 

Offrez-lui un cadeau inoubliable : ses propres pieds de vigne et une cuvée à son nom... !

A partir de 159 €

Tags

Adoption Assemblage Bio Biodynamie Bordeaux Bourgogne Cadeau Cave Domaine Dégustation Elevage Fermentation Oenologie Stage Taille Vendanges Vigne Vigneron Vin Vinification

Tous les tags...

Catégories

Archives

Derniers commentaires

Liens