Adoptez vos propres vignes et élaborez votre propre vin

avec l'Expérience Vin de Gourmet Odyssey

Visitez www.gourmetodyssey.fr pour plus d'informations.

Plus de vin bio européen ?


Le lendemain de notre dernier billet sur ce blog, Qu'est-ce qu'un vin bio ?, la Commission Européenne a retiré son projet Orwine qui devait établir un standard minimum européen pour le vin bio, non seulement pour les raisins, mais également pour la vinification.

 

label bio EU

Selon l'article de Vitisphere, « Vin bio européen : La Commission retire son projet », le Commissaire à l'Agriculture et au Développement rural, Dacian Ciolos explique en effet que "Les conditions pour l'instauration de ces nouvelles règles ne sont pas réunies dans une majorité d'Etats membres. Je ne suis pas prêt à accepter un compromis sur les standards biologiques qui enverrait un mauvais signal aux consommateurs sur l'importance que la Commission attache à la politique de qualité. J'espère que l'industrie et la recherche pourront faire des progrès et que la Commission pourra revenir avec une proposition".

Nous sommes d'accord avec son refus de compromis sur les standards, qui sont, à notre avis, le minimum que les consommateurs sont en droit d'attendre, mais nous sommes très inquiets de l'état dans lequel le vin bio est laissé après ce constat.

Si on achète de la confiture biologique, on s'attend non seulement à ce que les fruits utilisés soient issus de l'agriculture biologique, mais également à ce que le sucre utilisé soit bio, à ce qu'il n'y ait pas de produits chimiques utilisés pour « enrichir » artificiellement le goût, la couleur etc.  Pourquoi en serait-il autrement pour le vin ?

Il semble que les traditions d'élevage et les méthodes de vinification utilisées dans les régions et pays différents soient au coeur du problème.  Mais pourquoi ?  Si on est d'accord sur le principe qu'un vin bio doit être issu de raisins cultivés en agriculture biologique, sans utilisation d'engrais chimiques, herbicides ou pesticides, et sur le fait que rien d'artificiel ne puisse être ajouté pendant la vinification, il ne devrait pas avoir de problème.  Certes, certains débats demeurent sur certains produits, comme l'utilisation et le niveau de soufre ajouté pour la préservation du vin.  Mais il nous semble que la proposition d'en réduire le montant de 50% était un bon début, tout en sachant que les vignerons sont libres d'en utiliser moins s'ils le souhaitent.

 

Une question d'intégrité

Hier, nous étions à Domaine Chapelle à Santenay en Bourgogne pour une Journée Expérience de Gourmet Odyssey.  Domaine Chapelle est certifié « agriculture biologique » depuis le début de l'année.  Jean François Chapelle nous a expliqué son parcours pour devenir un vigneron bio, et a répondu aux questions sur les méthodes utilisées lors de la vinification. C'est un homme passionné, non seulement pour le vin, mais pour l'environnement qui l'entoure : son terroir, son village, sa région, l'héritage que sa génération va laisser aux suivants.  Il n'ajoute absolument rien à son vin qui ne soit pas couvert par la proposition Orwine.  Un viticulteur avec la même passion et la même philosophie en Italie ou en Espagne penserait-t-il autrement ?

Sans standard européen, le risque est que l'inertie actuelle laisse la porte ouverte aux profiteurs qui veulent prendre le train bio en marche pour des motifs purement économiques, et qui se diront « bio » sans respecter la philosophie jusqu'au bout, en particulier pour la vinification.

L'autre risque est que chaque pays développe ses propres standards. Mais dans ce cas, si les règles sont très différentes d'un pays à un autre, comment le consommateur pourra-t-il faire un choix éduqué ? Peut-être que, comme pour la majorité des autres produits agro-alimentaires, le temps est venu d'écrire sur les étiquettes de vin tous les ingrédients utilisés, et encore plus pour les vins bio ?

En tous cas, il faut trouver une solution rapidement pour introduire des règles de vinification qui permettraient seules, d'avoir un vrai label vin bio.
 
Que pensez-vous ? 

 

Commentaires

  • Tout à fait d'accord.

    Le milieu vitivinicole s'honorerait de définir des règles de production et de vinification bio au niveau européen, les modes de production tendant aujourd'hui à être assez proches d'un pays à l'autre.

    Ce serait d'autant plus souhaitable qu'un certain nombre de producteurs font de réels efforts pour produire naturel par conviction, alors que d'autres (tout comme ceux qui plantent des éoliennes juste pour les subventions) ne sont intéressés que par la marge supplémentaire et se moquent des écolos.

    Pour démêler le bon grain de l'ivraie, une réglementation permettrait d'apposer le label uniquement sur ceux qui s'astreignent à un vrai changement de mentalité et de fonctionnement, avec contrôles à l'appui.

    La France est l'un des pays au monde où l'on utilise le plus de pesticides et d'engrais, et la vigne était jusqu'à récemment le secteur agricole à en utiliser le plus à l'hectare.

    Or voici 2000 ans, les Romains, qui ont implanté la vigne dans la plupart des régions françaises, n'aspergeaient pas à tout va et buvaient tout de même du bon vin.

  • il faut en effet des règles communes en Europe et surtout que la vinification soit prise en compte dans la certification pour que tout cela clair pour le consommateur...

Ajouter un commentaire

Share |
RSS

A propos du blog

Connaissez-vous un amateur de vin ? 

Offrez-lui un cadeau inoubliable : ses propres pieds de vigne et une cuvée à son nom... !

A partir de 159 €

Tags

Adoption Assemblage Bio Biodynamie Bordeaux Bourgogne Cadeau Cave Domaine Dégustation Elevage Fermentation Oenologie Stage Taille Vendanges Vigne Vigneron Vin Vinification

Tous les tags...

Catégories

Archives

Derniers commentaires

Liens